Aller au contenu | au menu | à la rechercheMode texte Bas ↓


Base de Connaissances
sur les Coraux des Mascareignes

Accueil » Localisation » Les Mascareignes
Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

laboratoire IREMIA - Université de La Réunion

Laboratoire d'Informatique et Systématique - UPMC Paris

laboratoire CBETM - EPHE - Université de Perpignan

laboratoire BtBs - Université de Milano

laboratoire ECOMAR - Université de La Réunion

SHOALS - île Rodrigues

Albion Fisheries Research Center - île Maurice

Les Mascareignes

Publié le 24 décembre 2006, mis à jour le 11 avril 2012

Toutes les versions de cet article :

  • français

Situé dans le sud‑ouest de l’Océan Indien, l’archipel des Mascareignes (latitudes 21°7’ à 19°40’ Sud et longitudes 55°13’ à 61°10’ Est) est composé des îles Maurice, La Réunion et Rodrigues. II tire son appellation du navigateur portugais Pero Mascarenhas, qui fût l’un des premiers européens à signaler son existence au début du XVlème siècle.


Agrandir le plan

L’île Maurice (2040 km2), état indépendant, est située à 890 km à l’Est de Madagascar. La Réunion (2512 km2), île française (DOM), est à 200 km au Sud-Ouest et Rodrigues (108 km2), une dépendance de l’île Maurice, est à 600 km à l’Est-Nord-Est.

D’origine volcanique, ces îles séparées par des fosses marines de quelques 4000 mètres de profondeur, ont surgi des abysses sous l’effet de gigantesques éruptions sous-marines survenues à un millier de kilomètres à l’est du bloc continental formé par l’Afrique et Madagascar.

En ce qui concerne l’âge de ces différentes îles, on sait que Maurice commençait à émerger voici huit millions d’années, tandis que La Réunion était élaborée subséquemment, soit cinq millions d’années plus tard. Quoique le plateau soutenant le lagon de grande étendue entourant Rodrigues pourrait être bien plus ancien que l’île elle-même, celle-ci n’aurait pas plus de 1,5 millions d’années.

L’archipel des Mascareignes possède différents types de formations récifales, essentiellement de type frangeant.

 
Des îles nées de volcans

L’écorce terrestre est constituée de plaques rigides dites lithosphériques qui glissent sur l’asthénosphère à des vitesse variant entre 1,3 et 18.3 cm/an. Chaque plaque se déplace comme une unité indépendante, dans des directions différentes et à des vitesses différentes. Il en résulte des frontières entre plaques, dites divergentes ou convergentes qui sont le lieu de séisme et volcanisme. Ainsi, la naissance de l’île de Rodriques est liée au fonctionnement de la dorsale médio-indienne c’est à dire l’écartement entre les plaques africaine et indienne et la production d’un plancher océanique. A la faveur de ce décrochement se seraient produits les premiers épanchement basaltiques générateurs du socle volcanique de l’île. Il y a 1,8 millions d’années, un nouveau cycle éruptif aurait terminé la phase éruptive de l’île en produisant d’épaisses coulées sub-horizontales. Les îles volcaniques de la Réunion et de Maurice résultent quant à elles de l’activité d’un point chaud localisé sous la plaque africaine actif depuis 40 ou 70 millions d’années.
JPEG

Animation : évolution récifale

 
Point chaud et chaînon de volcans

Un point chaud (hot spot en anglais) est, en géologie, un lieu de la planète qui a une activité volcanique régulière. Les points chauds sont généralement expliqués comme étant la trace, à la surface de la Terre, d’endroits relativement fixes du manteau où la température est plus élevée que les autres zones de même profondeur. Par leurs températures élevées, ces zones se retrouvent moins denses, entraînant des remontées sous la forme de panaches vers la lithosphère. Ces derniers, s’approchant de la surface de la Terre, commence à fondre par décompression (vers une profondeur de l’ordre de 100 km), générant un magma basaltique qui, dès qu’il est en proportion suffisante, perce la lithosphère pour former un volcan.
Les points chauds peuvent aussi donner naissance à des chapelets d’îles ou chaînons de volcans et de pitons sous-marins. En effet, la dérive des plaques tectoniques, abouti à une translation de la lithosphère, au-dessus des points chauds qui fonctionnent sporadiquement. A la verticale du point chaud, à la surface terrestre, se crée alors des alignements volcaniques, comme l’archipel des îls Hawaii-Empereur, l’archipel des Marquises, etc. Les premières éruptions du point chaud de la Réunion serait survenue il y a 65 millions d’années. Elles auraient donné naissance aux Trapps du Deccan (Inde), puis les îles Chagos, les Maldives et l’île Maurice. Le déplacement de la plaque indienne vers le nord a eu pour effet la migration apparente du point chaud vers le sud.

 
Un volcanisme toujours actif à l’île de La Réunion

L’île Maurice a émergé il y a plus de 10 millions d’années, La Réunion plus de 2 millions d’années plus tard. A la Réunion, le point chaud a d’abord donné naissance au massif de la Montagne puis du Piton des Neiges, avant de créer au sud-est celui du Piton de la Fournaise, dominé par le volcan toujours actif du même nom. Toutefois, le point chaud, à l’origine de ces formation se trouverait actuellement à environ 300 km au sud-est de l’île ce qui expliquerait la faiblesse des éruptions de ce dernier.
JPEG
Chaque coulée qui atteint la mer, augmente temporairement la surface de l’île de plusieurs km² comme ici celle d’avril 2007, qui atteint rapidement la mer. Sous le coup de boutoir des vagues ses surface vont être rapidement érodée ne laissant après chaque coulée que peu de surfaces nouvellement construites.

- A voir : Evolution volcanique de l’île de La Réunion


RSS 2.0 [ ? ] • Site réalisé avec SPIPCréditsMentions légalesHaut ↑
cc by nc  Le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons BY-NC 2.0 Fr

Financements : EtatEurope-FEDERRégion RéunionUniversité de La Réunion