Aller au contenu | au menu | à la rechercheMode texte Bas ↓


Base de Connaissances
sur les Coraux des Mascareignes

Accueil » Localisation » La Réunion

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

laboratoire IREMIA - Université de La Réunion

Laboratoire d'Informatique et Systématique - UPMC Paris

laboratoire CBETM - EPHE - Université de Perpignan

laboratoire BtBs - Université de Milano

laboratoire ECOMAR - Université de La Réunion

SHOALS - île Rodrigues

Albion Fisheries Research Center - île Maurice

La Réunion

Publié le 24 décembre 2006, mis à jour le 1er octobre 2009

Toutes les versions de cet article :

La Réunion, un récif frangeant morcelé de récifs

L’Ile de La Réunion (2 512 km2) est située dans l’océan Indien par 55°29 de longitude est et 21°53 de latitude sud. Les reliefs montagneux très escarpés (altitude max. de 3 069 m) se prolongent sous la mer par un plateau continental étroit atteignant au plus 7 km de large. Tout autour, les fonds sous-marins dépassent rapidement 4 000 m de profondeur.

Récifs de La Réunion (carte tirée du site Ifrecor)

L’abondance des alluvions, les rivières pérennes et les eaux marines turbides sur la côte est interdisent l’activité corallienne et l’édification des récifs. À l’ouest, le littoral est bordé par des récifs qui forment une bande discontinue d’une longueur totale de 25 km, soit à peine 8% du périmètre de l’Ile (208 km), et d’une superficie de 12 km2, soit un rapport d’environ 0,5% de lagon pour 99,5% de terres émergées. La zone récifale commence au Cap La Houssaye au nord et finit à Grande Anse au sud. La largeur des platiers récifaux n’excède pas quelques centaines de mètres. Les reliefs montagneux et très accidentés de l’île se prolongent par un plateau sous-marin très étroit, n’offrant ainsi que peu de surfaces colonisables par les organismes bioconstructeurs. La mangrove est absente et seul existe un petit herbier de phanérogames.

Pour en savoir plus

Eléments de datation des récifs de La Réunion

Propos de Lucien Montaggioni et Gérard Faure (voir aussi Histoire)

Les premières formations

La construction récifale à La Réunion a du commencer dés que l’île a émergé voici plus de 2 millions d’années, puisque les conditions climatiques à l’époque étaient très comparables aux conditions actuelles. Bien entendu, il n’y a aucune trace de ces événements coralliens, les récifs correspondants ayant été forcement masqués par les épanchements volcaniques successifs.
Les premières traces tangibles de récifs proviennent des secteurs de St Leu et d’Etang-Salé. À St Leu, un dépôt corallien (ancienne plage d’arrière-récif ?) avait été signalé par les anciens auteurs vers + 4 m au pied de la falaise littorale à la sortie de la ravine des Colimaçons. Après bien des recherches, au début des années 1970, des blocs coralliens piégés dans des laves basaltiques ont été retrouvés par L. Montaggioni, mais pas de véritable plage. Il est probable que les laves se sont déversées sur le littoral de l’époque, recouvrant les débris coralliens. Datées par la méthode Potassium/Argon, les laves associées aux coraux ont livré des âges d’environ 0,25 million d’années.
En outre, dans un forage hydrogéologique à Etang-Salé, un récif corallien a été traversé à une profondeur de 45 m environ par rapport au niveau marin actuel. Ce récif repose sur des laves dont l’âge était de 0,29 million d’années.
À partir de ces observations, L. Montaggioni a estimé que l’âge du récif était compris entre 0,29 et 0,23 million d’années.

Toutes ces informations sont issues des travaux de L. Montaggioni en 1978, depuis lors aucune donnée complémentaire ou nouvelle n’a été apportée par les scientifiques.

Les formations actuelles

 - Leur mise en place

Leur genèse, leur morphologie, la distribution des compartiments et la biodiversité corallienne, sont des acquisitions récentes, sans relations temporelles et spatiales obligatoires avec ce qui s’est passé entre -0,29 et -0,23 million d’années. La colonisation des substrats constituant la base des récifs actuels aurait débuté vers 8500 ans BP, sous la forme de bancs récifaux correspondant au stade primitif de ces édifices. L’individualisation des principaux compartiments et des peuplements originels : pente externe ; front récifal ; platier externe et interne, s’est effectué vers -7 000 ans. Entre 6 000 et 3 000 ans BP serait initiée la structuration des différents horizons actuels de la zone à éperons sillons, de la dalle volcanique et de la pente externe. La vitesse de remontée du niveau de la mer se stabilise vers 2 000 ans BP, et seules les unités de surface (platier, arrière récif) poursuivent alors leur structuration.

 - Les modalités de datation

L’âge d’installation des récifs réunionnais actuels évalué à 8 500 ans BP est une approximation.
En effet, il a été défini sur la base d’un forage réalisé par L. Montaggioni avec le BRGM dans les années 1970 au niveau de la partie médiane du platier de la Saline. Malheureusement, les problèmes techniques rencontrées n’ont pas permis d’atteindre la base de la série récifale, ni le substratum volcanique. L’âge C-14 de la base de la carotte était de 7 800 ans BP. Compte tenu de l’inclinaison de la dalle volcanique sous-marine, L. Montaggioni estime à 25 m l’épaisseur du récif à l’aplomb du forage. De cette estimation découle l’extrapolation de l’âge d’installation du récif à 8 500 ans BP. La topographie du substratum volcanique pourrait cependant être plus tourmentée. L’épaisseur réelle du récif pourrait alors être bien inférieure ou supérieure aux 25 m estimés.
Par la suite, afin de valider les datations, la base de la carotte a été « redatée » par la méthode Uranium-Thorium, plus précise que celle au C-14. Ces analyses donnent une datation de 8 000 ans BP. On reste donc dans la même gamme de temps. Quoi qu’il en soit, l’âge de colonisation du substratum volcanique par les coraux lors de la dernière transgression marine (débutée il y a environ 19 000 ans) n’a pas pu dépasser 10 000 ans, compte tenu de la position du niveau marin à cette époque. En effet, le niveau de la mer était vers -20 / -25 m vers 10 000 ans BP.

Sources :

- Camoin G.F., Montaggioni L., Braithwaite C.J.R. (2004) Late glacial to post glacial sea levels in the Western Indian Ocean. Marine Geology. 206 119– 146
- Faure G. (1982) Recherches sur les peuplements de Scléractiniaires des récifs coralliens de l’archipel des Mascareignes Unpubl. DSc thesis, Univ. Aix-Marseille, vol. 2, 230 pp.
- Montaggioni L. (2005) History of Indo-Pacific coral reef systems since the last glaciation : Development patterns and controlling factors. Earth-Science Reviews 71 1 –75
- Montaggioni L.F. (1978) Recherches géologiques sur les complexes récifaux de l’archipel des Mascareignes (Ocean Indien Occidental) Unpubl. DSc thesis, Univ. Marseilles, 330 pp.
- Montaggioni L.F., Faure G. (1980) Les récifs coralliens de l’archipel des Mascareignes Coll. Trav. Univ. Réunion. 150 pp.
- Montaggioni L. (2007) Coraux et récifs, archives du climat Editions Vuibert, Paris, 310 pp.

Gwenaëlle Pennober - Maître de conférences en géographie à l’Université de La Réunion, je suis issue de l’école de géomorphologie littorale de l’université de Bretagne Occidentale (UBO- Brest) montée dans la fin des années 60 par André Guicher. A partir du DEA, je me suis en parallèle initiée aux outils de la Géomatique (SIG/télédétection) sous la direction de François Cuq (Géosystèmes, URA 1518, aujoud’hui Géomer UMR 6554 CNRS LETG). Ces recherches m’ont menées sur les côtes d’Irlande puis sur les littoraux ouest africains (Guinée Bissau, Mauritanie, Bénin) et enfin à La Réunion depuis l’an 2000. Je m’intéresse aujourd’hui aux littoraux de la région sud ouest de l’océan Indien et d’Afrique de l’ouest. Je suis actuellement rattachée à 2 laboratoires de recherche : le CREGUR et Géomer - UMR 6554 LETG CNRS (Brest). [MàJ : 19/05/09]

Sources :

- Les récifs coralliens de l’Outre-Mer (Ifrecor), La Réunion, Site Web du Ministère de l’Environnement [FR, visité le 8/10/06]


RSS 2.0 [ ? ] • Site réalisé avec SPIPCréditsMentions légalesHaut ↑
cc by nc  Le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons BY-NC 2.0 Fr

Financements : EtatEurope-FEDERRégion RéunionUniversité de La Réunion