Aller au contenu | au menu | à la rechercheMode texte Bas ↓


Base de Connaissances
sur les Coraux des Mascareignes

Accueil » Les coraux » Menaces
Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

laboratoire IREMIA - Université de La Réunion

Laboratoire d'Informatique et Systématique - UPMC Paris

laboratoire CBETM - EPHE - Université de Perpignan

laboratoire BtBs - Université de Milano

laboratoire ECOMAR - Université de La Réunion

SHOALS - île Rodrigues

Albion Fisheries Research Center - île Maurice

Menaces

Publié le 24 décembre 2006, mis à jour le 13 juillet 2009

Toutes les versions de cet article :

  • français

Les récifs coralliens sont des écosystèmes très diversifiés, très complexes et cependant très fragiles. Près de 500 millions de personnes dépendent directement ou indirectement des récifs coralliens pour la nourriture qu’ils fournissent, de la protection qu’ils offrent, et de la valeur culturelle et touristique qu’ils représentent. Environ 30 millions de personnes parmi les
plus pauvres au monde dépendent totalement des récifs coralliens pour se nourrir.

Les récifs coralliens sont probablement les écosystèmes marins les plus menacés à l’heure actuelle. La majorité d’entre eux sont surexploités ou subissent de graves pollutions. De plus, les scientifiques prédisent des disparitions massives des récifs dans les futures décennies suite à l’accroissement de CO2 dans l’atmosphère et le
réchauffement climatique mondial.
Les situations les plus critiques concernent les îles les plus peuplées, là où les perturbations anthropiques se superposent aux perturbations naturelles déjà existantes, rendant impossible tout retour à la normale.

Les dégradations observées peuvent être :
- naturelles et accidentelles (cyclones, crues...),
- naturelles et permanentes (rôle des facteurs édaphiques : courants violents, turbidité de l’eau, diminution de l’éclairement avec la profondeur),
- anthropiques, ce sont les dégradations liées a l’activité de l’homme.

Quelles que soient leurs origines, elles se manifestent au niveau des peuplements coralliens par des perturbations plus ou moins importantes et, parfois, irréversibles.

Blanchissement corallien

Le blanchissement corallien est un phénomène naturel connu depuis de nombreuses années. Il consiste à la décoloration des coraux soit par l’expulsion de leurs algues symbiotiques (les zooxanthelles) soit par une réduction de la concentration en pigments photosynthétiques associés à ces algues.
Tout stress affectant les coraux, peut s’il se prolonge provoquer un blanchissement corallien. Ainsi, aux origines naturelles de ce phénomène se superpose aujourd’hui l’impact de l’homme sur les récifs coralliens. L’élévation de la température de l’eau de mer, les pollutions, les phénomènes sédimentation terrigène, etc. sont autant de causes
responsables des phénomènes observés aujourd’hui.
Ainsi, on observe depuis 1980 des épisodes de blanchissement régulier dont la fréquence et l’intensité sont sans précédent comparées au passé. Ces épisodes sont pour la plupart intervenus lors d’anomalies du système El Niño (ENSO) provoquant une élévation anormale de la température de l’eau de mer. On sait aujourd’hui que ces anomalies sont à mettre en lien avec le réchauffement climatique global concernant notre planète. À la vue des prévisions climatiques pour les décennies à venir, les scientifiques prédisent une augmentation et une intensification de ce type de phénomène pour les années à venir.

Cyclones

L’impact direct des cyclones sur les récifs coralliens consiste en une destruction mécanique due à la forte houle accompagnant le phénomène. Les précipitations extrêmement abondantes associées à ces dépressions cycloniques entraînent des phénomènes de dessalure et de sédimentation importante néfastes pour les coraux.
Face au réchauffement climatique actuel, les scientifiques prédisent une intensification des cyclones tropicaux qui pourraient alors être encore plus destructeurs pour les récifs coralliens.

Exondations

Les exondations sont des phénomènes naturels touchant les platiers coralliens liés à l’alternance des hautes et basses mers. Ceci permet de limiter l’extension verticale des colonies. Il faut noter que les exondations s’accompagnent le plus souvent d’une élévation de température et d’une baisse de la teneur en oxygène, ceux qui renforcent le stress déjà
existant et peut conduire à des phénomènes de blanchissement corallien.

Prolifération d’Acanthaster planci

L’Acanthaster planci est une étoile de mer de grande taille qui se nourrit des tissus de coraux. Au sein des récifs coralliens, un équilibre existe normalement entre les organismes bioconstructeurs et les organismes biodestructeurs. Si cet équilibre est détruit ceci peut entrainer des phénomènes de développement explosif de certaines d’entre elles, comme
c’est le cas pour cette étoile de mer.
De nombreuses causes ont été évoquées quant à l’origine de ces explosions démographiques : surexploitation de son prédateur naturel, pollution, etc. On pense cependant aujourd’hui qu’il ne pourrait s’agir que d’un cycle naturel propre à l’espèce.

Maladies des coraux

Les maladies touchant les coraux sont essentiellement des maladies d’origine bactérienne (maladie de la bande blanche, maladie de la bande jaune, maladie de la bande noire, RTN Rapid Tissue Necrosis, etc.). Avec le réchauffement climatique, ces maladies deviennent de plus en plus fréquentes sans cependant que l’on connaisse beaucoup de choses sur ces
phénomènes.
Les menaces précédentes peuvent avoir une origine tout à fait naturelle, sans toutefois associer les activités humaines à la dégradation des récifs. Cependant, dans la majorité des cas, les activités humaines viennent exacerber ces phénomènes. Parfois même, l’impact de l’homme est tel que ce que l’on observe n’est plus du tout naturel et ne reflète en fait que l’impact humain sur les récifs coralliens. Il existe d’autres causes de dégradation, sans confusion possible quant à leur origine anthropique. L’aménagement anarchique du territoire (et les phénomènes qui en
découlent) est une cause majeure aboutissant à la destruction massive des récifs coralliens.

Pollution des eaux

Les coraux sont très sensibles à la qualité des eaux. Tout apport excédentaire en matière organique, sels minéraux, pesticides, etc. provenant de l’activité humaine va modifier la qualité de l’eau ce qui peut se révéler fatal pour le corail.
Ces pollutions peuvent agir à la fois directement sur la croissance du corail (et notamment sur la calcification des colonies), ou également sur une modification des équilibres écologiques très fragiles existant au sein des récifs coralliens. Ainsi, une augmentation en sels nutritifs favorisera le développement des peuplements algaux qui entrent directement en
concurrence avec les coraux pour l’espace.

Tourisme

Par les infrastructures qu’il représente, par la densité démographique auquel il peut mener ainsi que des phénomènes de pollution qui en découlent, le tourisme peut dans certain cas être une des causes majeures de dégradations des récifs coralliens. De plus les activités
offertes dans ce cadre, lorsqu’elles sont trop intensives (mouillage des navires, plongées sous marine, baignade, etc.) peuvent également se révéler nuisibles pour l’écosystème.

Recherche scientifique

Dans l’objectif de mieux comprendre le fonctionnement de l’écosystème corallien, la recherche scientifique aboutit parfois à des activités destructrices. Dans le passé, la constitution de collection de référence ont parfois mené à des prélèvements très importants sur les récifs.
Aujourd’hui, ces collections constituées, des prélèvements d’une telle ampleur ne sont plus à l’ordre du jour. Des expérimentations nécessitant des prélèvements sont cependant encore inévitables pour améliorer notre compréhension de cet écosystème très complexe. Ces activités sont fortement réglementées et contrôlées et les prélèvements sont
bien entendus soumis à autorisation.

Techniques de pêche destructrices / Exploitation des ressources vivantes

L’exploitation de certaines ressources vivantes ainsi que les techniques d’exploitation de ces ressources peuvent parfois être source d’importantes perturbations pour l’écosystème corallien. Certaines espèces, peu mobiles et à fort intérêt économique, font l’objet d’une surexploitation pouvant avoir parfois des conséquences désastreuses quant à la survie de
l’espèce. De même, certaines techniques de pêche, parfois qualifiées de traditionnelles, sont particulièrement destructrices pour les récifs (pêche à la dynamite, pêche au cyanure, pêche à pied, etc.).
Par l’intérêt économique qui en découle, par l’aspect pratique ou traditionnel qu’il représente, une prise de conscience de l’impact négatif de ces activités sur les récifs est particulièrement difficile à mettre en place. On sait cependant que le succès de la mise en place de mesures de protection des récifs coralliens dépend essentiellement de l’intégration
des pêcheurs à la gestion de ces zones protégées. La discussion, la concertation et la collaboration entre les différents usagers des récifs coralliens semble être la clef pour une bonne protection de ces écosystèmes. (voir l’article "protection, pourquoi ?")

La liste de dégradations liées à l’activité humaine n’est bien sûr pas exhaustive, celles-ci constituant aujourd’hui les menaces les plus sérieuses que connaissent les récifs coralliens. Elles s’ajoutent aux perturbations naturelles déjà existantes, ce qui a souvent pour conséquence de surpasser les capacités de résistance et de résilience, pourtant remarquables, de ces écosystèmes.

Sources :

- Faure G. (1987) Principales dégradations de l’écosystème récifal, Les coraux. In Encyclopédie de la Polynésie Française, Vol. 3
- Wilkinson C. (2004) Status of coral reefs of the world : 2004, Vol. 1. Global Coral Reef
Monitoring Network
- Charpy L. et Dufour P. Connaissance des milieu tropicaux et des sociétés : les atolls de Polynésie Française. Site
IRD
. [FR, visité le 12/11/06]


RSS 2.0 [ ? ] • Site réalisé avec SPIPCréditsMentions légalesHaut ↑
cc by nc  Le contenu de cette page est sous contrat Creative Commons BY-NC 2.0 Fr

Financements : EtatEurope-FEDERRégion RéunionUniversité de La Réunion